Qui m’a donné envie de tenir ce blog?

Ce sont principalement deux femmes.

L’une est noire, l’autre est blanche.

L’une est très sage, pudique, respectueuse des moeurs et coutumes et l’Afrique de l’Ouest, tandis que l’autre est plutôt dévergondée, libérée.

L’une existe en chair et en os, alors que l’autre est imaginaire.

La première s’appelle Assiatou Bah Diallo. 

Elle est rédactrice en chef du magazine féminin « AMINA » depuis 1975.

Assiatou Bah Diallo - Rédactrice en chef de

Assiatou Bah Diallo – Rédactrice en chef de « Amina »

modeles photos Pagne Wax

modeles photos Pagne Wax

Aussi loin que je m’en souvienne, ma mère n’a jamais raté une publication du magazine féminin « Nous Deux ». Et quelques fois, lorsque les gros titres du magazine AMINA étaient attrayants, elle se permettait d’en acheter un.

Bien évidemment, ce qui m’intéressait au début, c’étaient les modèles  des mannequins photos. Moi et ma soeur nous dépêchions alors de sélectionner les modèles pour nos futurs pagnes (voir photos ci-contre pour exemple).

Peu à peu, mon intérêt s’est porté sur les romans-photos racontant souvent la vie d’un couple rencontrant des difficultés à cause de la maladie, de la jalousie ou de la sorcellerie. Comme dans les contes de fées, les méchants étaient démasqués, les amoureux se retrouvaient, s’aimaient à nouveau et avaient beaucoup d’enfants.

A la longue, je trouvai cela assez superficiel et candide, je commençai à me lasser. J’étais en quête de réalisme. Je me suis alors orientée vers la rubrique « courrier du coeur ». Des personnes écrivaient à une certaine Assiatou Bah Diallo, en lui expliquant leur problèmes. Et cette dernière essayait par des conseils, de les aider à trouver des solutions.

Et enfin, un jour, je suis tombée sur l’édito rédigée par une certaine Assiatou Bah Diallo. J’ai alors été très impressionnée par l’écriture et la sagesse de cette femme. Elle avait beau vivre en Europe, elle maitrisait les us de coutumes de chez nous, s’exprimait avec clarté et sagesse et traitait ses sujets avec une pertinence sans faille. Chaque éditorial est une réflexion profonde de Assiatou Bah Diallo sur la société et plus particulièrement sur la femme Africaine moderne, sur les difficultés qu’elle doit traverser pour s’émanciper, pour oser se faire entendre, pour sortir du carcan dans lequel notre société à dominante masculine tend à nous enfermer.

Il y’a environ 6 ans, je me suis permise d’écrire un mail au magazine, sans arrière-pensée, pour lui signifier mon admiration pour ses conseils pleins de mesure et de sagesse, ainsi que pour toutes les actions qu’elle pose pour l’essor de la femme Africaine. J’ai alors reçu un mail d’une assistante du magazine, m’expliquant que dame Bah Diallo souhaitait avoir mon adresse postale… Quelques jours plus tard, dans ma boite aux lettres, je découvris un colis de sa part : elle m’offrait un recueil de ses éditos, dédicacé à mon nom.

Je reste profondément marquée par ce geste de générosité et pleins d’attention envers une jeune inconnue telle que moi. Et bien que je la connaisse pas personnellement, je reste persuadée que les écrits sont un reflet sincère de notre personnalité profonde, et que Assiatou est aussi généreuse et bienveillante qu’elle le parait dans ses écrits. Et c’est cette sagesse que j’ai toujours admiré et envié chez elle et qui m’a donné envie de faire d’écrire.

La seconde s’appelle Carrie Bradshaw. 

C’est un personnage de fiction apparu dans la série télévisée « Sex and the City » et interprété par l’actrice Sarah Jessica Paker.

Sarah Jessica Parker Alias

Sarah Jessica Parker Alias « Carrie Bradshaw » devant son célèbre Macbook

Les nombreux vêtements stylés de Carrie Bradshaw

Les nombreux vêtements stylés de Carrie Bradshaw

Dans cette série, Carrie Bradshaw est une jeune trentenaire qui travaille comme chroniqueuse pour un journal New-yorkais. Chaque épisode de cette série est fondé sur les pensées du personnage de « Carrie Bradshaw ».

Le principale caractère de Carrie est l’indépendance. Elle s’assume au niveau financier, sentimental et vestimentaire. Elle ose tout, dans les limites de la décence, et n’a pas peur du regard des autres. Malgré cette indépendance, elle est toujours ouverte à de nouvelles relations amoureuses et reste dévouée à ses ami(e)s.

Beaucoup de jeunes femmes ivres de liberté et d’indépendance, de modernité, de beauté et de style (tout comme moi) se sont très vite identifiées à Carrie. D’autant plus qu’elle a aussi beaucoup d’humour, qui se ressent dans ses articles, mais aussi dans ses conversations avec ses amies. Elle est aussi, du fait de son métier, très douée pour analyser les relations sociales et amoureuses de ses contemporains.

Lorsque le générique passait, je m’imaginais déjà devant mon macbook à raconter mon histoire à moi.

Je vous laisse en juger par vous-même avec cet extrait de l’épisode 4- saison 1 :

Bien que ces deux femmes (Assiatou et Carrie) aient beaucoup de différence, je trouve qu’elles se rejoignent en certains points.

D’une part, dans leur type de textes : il ne s’agit pas de journaliste ou d’écrivain à proprement parler mais de chroniqueuse. Elles n’écrivent pas de longs romans avec une histoire bien ficelée ou des articles de journaux devant répondre à des normes journalistiques bien précises. Elles écrivent tout simplement des chroniques traitant à chaque fois de thèmes différents, dans lesquelles elles donnent leur point de vue, avec leur propre style, leur personnalité. Et pour quelqu’un comme moi qui débute dans l’écriture, j’y  trouve en cela un moyen de m’exprimer qui me correspond parfaitement.

D’autre part, dans leur vision de la femme : Moderne, indépendante, émancipée. Chez l’une, on sent la maturité, le vécu et on trouve de sages conseils pour avancer dans la vie, pour assumer notre africanité tout en embrassant la modernité et la mondialisation, chez l’autre, on vit avec elle les méandres de la jeunesse, on se cherche, on apprend à se connaitre, à savoir qui on est et qui on veut être.

J’ai conscience qu’il me reste encore un long chemin avant de devenir la femme accomplie, moderne, féminine et ayant de l’assurance qu’elles sont ou incarnent, mais je pense avoir déjà fait quelque pas à travers ce blog. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s